*

Écoles à l'examen

Diffusion :
Jeudi vers 0 h 30
Rediffusion :
Aucune rediffusion
Durée :
60 minutes

Du 22 juin au 10 septembre

Éduquer »

L’école est-elle un lieu de formation de citoyen? Le civisme, le respect, le savoir-vivre doivent-ils y être enseignés?

Échec »

Doubler une année, ça peut sembler être le commencement de la fin, le début d’une longue descente vers le décrochage. Mais le redoublement peut être vécu autrement.

Écoles

Le Québec compte 3 119 écoles reconnues par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

Le Québec compte 3 119 écoles reconnues comme telles par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

2 726 écoles publiques :


  • 1 730 écoles primaires

  • 426 écoles secondaires

  • 191 écoles primaires et secondaires

  • 192 centres de formation professionnelle

  • 187 centres d’éducation des adultes

363 écoles privées :


  • 135 écoles primaires

  • 162 écoles secondaires

  • 66 écoles primaires et secondaires

30 écoles gouvernementales primaires et/ou secondaires, surtout des écoles de réserves indiennes.

Les écoles primaires accueillent rarement plus de 600 élèves (bien que l’école primaire de l’Île des Sœurs, à Montréal, en accueille 977) et pratiquement toutes les commissions scolaires comptent des petites écoles de moins de 100 élèves.

Du côté des écoles secondaires, on recense 13 écoles secondaires de 2 000 élèves ou plus; la palme de la plus grosse école revenant à la polyvalente Nicolas-Gatineau (Outaouais) avec 2 772 élèves inscrits en 2010-2011.

Les écoles secondaires toutes petites existent, mais elles semblent être généralement fusionnées avec des écoles primaires. Ainsi, l’école Monseigneur-Belzile, en Gaspésie, regroupe seulement 152 élèves de la maternelle à la 3e secondaire.

Matière à réflexion

Le journal Le Devoir vous propose une petite histoire de l’évolution de l’école au Québec, de 1910 à 2010.

Élèves

En 2009-2010, on comptait au Québec 1 314 511 élèves du préscolaire, du primaire, du secondaire, de la formation professionnelle et de la formation des adultes.

945 838 élèves suivent la formation générale des jeunes :


• 879 926 au public :
o 86 073 au préscolaire
o 429 948 au primaire
o 363 905 au secondaire

• 125 912 au privé :
o 5 000 au préscolaire
o 32 136 au primaire
o 88 776 au secondaire

117 457 personnes sont en formation professionnelle :

o 7 841 dans le secteur des jeunes
o 109 616 dans le secteur des adultes

197 105 personnes suivent la formation générale des adultes

En déclin depuis une quinzaine d’années, la clientèle scolaire recommence à augmenter, si bien que dans certaines régions, des écoles primaires commencent à déborder. Baby-boom généralisé et nouveaux plafonds d’immigration entraînent des augmentations particulièrement marquées en milieu urbain : à la Commission scolaire de Montréal (CSDM), on s'attend à recevoir 10 000 élèves de plus au cours des dix prochaines années.

Enseignant

Le Québec compte plus de 100 000 enseignants au primaire et au secondaire.

En 2009-2010, on comptait 103 972 enseignants à travers la province, du primaire au secondaire. Un peu plus de la moitié d’entre eux, soit 56 297 personnes, ont leur permanence.

Le chemin qui mène à la permanence diffère d’une commission scolaire à l’autre. Le temps nécessaire pour l’obtenir varie beaucoup. Certains diplômés l’obtiennent dès la sortie de l’université alors que pour d’autres, il faut attendre plusieurs années. Selon les variations démographiques et les changements dans l’organisation du système, certains diplômés peuvent être plus en demande que d’autres et ainsi accéder à la sécurité d’emploi rapidement. Par exemple, en adaptation scolaire la permanence peut arriver rapidement alors qu’en enseignement des mathématiques, de l’histoire ou des sciences, l’attente peut être plus longue.

À la Commission scolaire de Montréal, la plus importante au Québec, il faut passer à travers différentes étapes. Tout commence avec le brevet d’enseignement et les heures de suppléance occasionnelle. Grâce à cette expérience, les futurs titulaires de classe peuvent par la suite effectuer un remplacement de 30 à 50 jours consécutifs donnant accès aux remplacements de plus de 100 jours sur un même poste. Les remplacements de plus de 100 jours sont cruciaux puisqu’ils constituent la porte d’entrée vers la liste de priorité des postes donnant accès à la permanence, qu’ils peuvent gravir au fil des contrats, s’assurant ainsi un choix de postes de plus en plus avantageux. À partir du moment où un enseignant obtient un poste menant à la permanence, il doit le conserver pendant trois années pour finalement obtenir son statut de titulaire de classe.

Au Québec, parmi le personnel permanent, on retrouve :


  • 4 125 professeurs au préscolaire;

  • 27 141 professeurs au primaire;

  • 21 400 professeurs au secondaire;

  • 1 240 enseignants à la formation générale des adultes;

  • 2 391 enseignants à la formation professionnelle.

En 2013-2014, le premier échelon de l’échelle salariale s’établit à 38 710 $. Avec 17 années d’expérience, un enseignant atteint le dernier échelon et gagne 75 357 $.

Il existe une grande variété d’enseignants. On retrouve des enseignants préscolaire ou primaire, des enseignants du primaire ou du secondaire spécialisés dans certaines matières (arts, éducation physique, sciences, univers social, mathématiques, éthique et culture religieuse, langue seconde) et des enseignants en adaptation scolaire et sociale, pour les jeunes du primaire et du secondaire qui sont en difficulté à cause d’un handicap ou d’une difficulté d’apprentissage. Il y a également des enseignants spécialisés en formation professionnelle et technique.

L’enseignement, dans son ensemble, reste encore aujourd’hui une profession féminine. Les trois quarts du personnel enseignant permanent sont des femmes. L’écart est encore plus marqué au niveau primaire et préscolaire. La proportion d’immigrants au sein de la profession est légèrement inférieure à la moyenne nationale – 12 % pour l’ensemble de la province, 10 % au secondaire et 7 % au primaire. Et selon Statistiques Canada, entre 15 et 20 % des enseignants du secondaire se retrouvent au secteur privé.

Matière à réflexion

Tableau des cheminements possibles pour l’obtention de la permanence.

Un texte d’opinion à propos de la permanence des enseignants.

Cet article met en lumière les différences entre l’enseignement dans un établissement public ou un établissement privé.

CMF-FMC