*

Écoles à l'examen

Diffusion :
Jeudi vers 0 h 30
Rediffusion :
Aucune rediffusion
Durée :
60 minutes

Du 22 juin au 10 septembre

Réussite »

Réussir, c’est quoi? Bien souvent, on parle de la réussite dans ce qu’elle a de plus convenu, c’est-à-dire les bons résultats scolaires des élèves. Mais la réussite des jeunes, ça peut aussi être autre chose.

Retenue »

Vieille mesure disciplinaire à la couenne dure, la retenue est encore utilisée dans les écoles d’aujourd’hui, tout comme la copie. Est-ce que ça marche?

Réforme

En 2001, la réforme de l’éducation, rebaptisée renouveau pédagogique, était lancée.

En 1995, lors des États généraux sur l’éducation, le gouvernement du Québec appelait les citoyens et les milieux de l’éducation à dresser un bilan de l’état du système éducatif du Québec. En 2001, suite à la publication d’un volumineux rapport, la réforme de l’éducation, rebaptisée renouveau pédagogique, était lancée. L’application controversée de la réforme s’est depuis faite par salves, commençant par le primaire pour s’étendre par la suite aux différents niveaux du secondaire.

Les changements apportés à l’école québécoise touchaient à bien des aspects. On lui donnait une nouvelle mission : instruire, socialiser et qualifier. De nouveaux cours sont apparus : Histoire et éducation à la citoyenneté, Éthique et culture religieuse. Des termes, assez controversés, comme compétences transversales et évaluation des apprentissages, ont fait leur apparition. On a insisté sur le français, diminué le nombre de « petites matières » et limité les redoublements. On a également donné plus d’autonomie aux écoles.

Encore aujourd’hui, plus de 10 ans après le début de son implantation, la réforme continue d’alimenter bien des débats. Les premiers élèves de la réforme ont fait leur entrée au cégep en septembre 2010, suscitant une certaine crainte chez leurs futurs professeurs qui se demandaient quels effets cette fameuse réforme aurait eus sur le profil des élèves.

Des changements d’une telle ampleur ne s’implantent pas dans un réseau aussi vaste que celui de l’éducation en peu de temps ni sans difficulté. C’est ce qui est souvent reproché par les enseignants. Ils sont nombreux à dire que le problème ne fut pas la réforme en soi, mais la rapidité avec laquelle on a mis tous ces changements en place et les corrections sans cesse apportées depuis. D’une nouvelle mesure à l’autre, plusieurs sentent qu’ils n’ont pas le temps de s’approprier les changements, de bien les instaurer, et surtout, ils se demandent si ça vaut vraiment la peine de s’investir encore pour quelque chose qui sera probablement modifié deux ans plus tard.

Quant aux bénéfices réels du renouveau pédagogique, ils sont difficiles à établir considérant que le système d’éducation revu et corrigé n’a, à ce jour, pas encore fait l’objet d’un véritable bilan rétrospectif.

Matière à réflexion

Voyez le point de vue de plusieurs leaders de la scène éducative sur les résultats de l’implantation de la réforme québécoise d’éducation.

Des spécialistes de l’éducation se prononcent pour ou contre la réforme scolaire.

Dans cet article, le journaliste Rémi Leroux se demande si l’école primaire québécoise a bien assimilé la réforme de l’éducation et son renouveau pédagogique.

CMF-FMC