*

Écoles à l'examen

Diffusion :
Jeudi vers 0 h 30
Rediffusion :
Aucune rediffusion
Durée :
60 minutes

Du 22 juin au 10 septembre

Zen

« Quand on est calme, on est plus disposé à apprendre », affirme Madeleine Piché, directrice de l’école primaire Notre-Dame-du-Canada, dans le quartier Vanier, à Québec. Être zen, à l’école, c’est possible? Certaines écoles ont pris le taureau par les cornes et proposent des cours de yoga aux enfants d’âge préscolaire et primaire.

Plusieurs facteurs viennent troubler le bien-être des enfants en classe. « Les enfants sont très stimulés, à tous les niveaux – auditif, visuel, etc. Une école, ça bouge, c’est bruyant. Tout ça a un impact sur leur concentration », explique Sylvie Galarneau, une éducatrice spécialisée de formation et enseignante de yoga. Elle a donné des cours de yoga dans les écoles primaires de la Mauricie.

La surstimulation, ce n’est pas tout. Les enfants sont soumis au stress de la vie. La famille, avec son lot de disputes, d’absences, de séparations douloureuses, de maltraitances, mais également les relations avec les autres enfants, la performance au niveau scolaire, l’intimidation, le fait de ne pas s’entendre avec un enseignant ou les tâches difficiles sont autant de facteurs qui peuvent déconcentrer ou exciter les enfants.

« Les enfants ont besoin de bouger. Pour certains, c’est difficile de s’arrêter. Ils sont en mouvement perpétuel dans leur corps et dans leur tête. Les périodes de relaxation sont primordiales, le besoin de détente est réel. « Les enfants me le disent : les périodes de yoga les aident à avoir les idées claires, rapporte Sylvie Galarneau. Ils me disent que ça leur permet de rester éveillés, de se concentrer; qu’ils se sentent plus détendus, plus calmes. »

Les activités de détente comme le yoga ont des effets bénéfiques sur plusieurs jeunes. Pour certains enfants, cependant, elles ne règlent pas tout. En effet, selon la chercheuse Sonia Lupien de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, certains élèves bénéficieront plus du fait de courir ou de chanter, « pour faire sortir la mauvaise énergie ».

CMF-FMC