*

Écoles à l'examen

Diffusion :
Jeudi vers 0 h 30
Rediffusion :
Aucune rediffusion
Durée :
60 minutes

Du 22 juin au 10 septembre

20 novembre 2013

La petite école

Valérie Guimond est une des deux enseignantes de la toute petite école de la Falaise. Sa classe est formée d’une vingtaine d’élèves de 3e et 4e année qui partageront locaux et professeur tout au long de l’année. Dans ce milieu tricoté serré, on offre aux enfants un encadrement rêvé, mais la démographie rend la vie dure aux écoles de village et on doit mettre en place toutes sortes de mesures, parfois surprenantes, pour assurer la survie de l’école.

Le nombre d’élèves du primaire est en baisse au Québec depuis plus de 10 ans. Bien que certaines municipalités en pleine croissance échappent à cette tendance et doivent refuser des élèves, d’autres doivent s’ajuster à leur clientèle en baisse. C’est le cas de la petite école de la Falaise à Leclercville. Cette année, l’école accueille 39 élèves de la 3e à la 6e année, répartis en deux classes. C’est 25 élèves de moins qu’il y a 5 ans. Pour permettre une meilleure gestion des ressources (et ultimement, assurer la survie des écoles de village), l’école de la Falaise a été jumelée avec deux autres écoles de la région, partageant ainsi personnel de direction et professeurs spécialistes.

Les classes multiniveaux sont un autre outil qui peut permettre aux commissions scolaires d’économiser des sous. Plutôt que de financer deux classes de 10 ou 12 élèves, on combine les deux niveaux en une seule classe de 20 ou 25 élèves et on paie un seul professeur. Mais ce n’est sans doute pas facile d’enseigner à des élèves de niveaux différents! Valérie Guimond est l’une des deux enseignantes de l’école de la Falaise. Sa classe compte une vingtaine d’élèves de 3e et 4e année. Dans cette école qui nous ramène presque aux écoles de rang d’antan, Valérie vit une expérience d’enseignement qui n’a rien à voir avec celle des grandes villes.

Transport, club de lecture pour garçons, aide aux devoirs, présence des tableaux interactifs dans toutes les classes, rattrapage, surveillance : tout participe à l’encadrement serré des enfants, chouchoutés par des enseignantes qui disposent de temps et des ressources matérielles et qui peuvent compter sur des liens très forts entre la communauté et l’école.

Voir plus

Valérie Guimond

Enseignante au primaire

Valérie est titulaire d’une classe de 3e et 4e année combinées. Mère et résidente du coin, elle a pris racine à l’école de la Falaise il y a 6 ans, mais elle compte plus d’une dizaine d’années d’enseignement. Sa classe de 3e et 4e année – le deuxième cycle du primaire – elle l’aime beaucoup, malgré tous les défis que représente le multiprogramme, notamment la double planification. Dans cette école où elle est seule avec une autre enseignante, elle doit aussi faire face à un certain isolement, même si cet isolement professionnel est compensé par le côté familial que prend forcément l’enseignement dans une petite école. « On a une dynamique très familiale, très conviviale. On connaît très bien tous les élèves alors on peut intervenir aussi bien auprès de nos élèves que de ceux de l’autre. C’est vraiment comme une grosse famille. »

École de la Falaise

Leclercville

Sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, à mi-chemin entre Trois-Rivières et Québec, l’école de la Falaise est située juste à côté de l’église du village de Leclercville, dans l’ancien couvent construit en 1915. Le village compte 500 habitants, l’école, 39 élèves! Elle partage ses ressources administratives avec deux autres écoles primaires du coin, un peu comme si trois petites écoles en formaient une seule avec trois pavillons, dans trois villages différents.
Dans une école où il y a si peu d’élèves, quand une famille déménage, c’est une catastrophe! L’an dernier, deux familles sont déménagées coup sur coup. L’école a perdu 5 élèves — presque 20 % de sa clientèle! Les défis administratifs fluctuent au gré des mouvements de population. L’école a déjà accueilli beaucoup plus d’élèves qu’aujourd’hui : en 2007-2008, elle comptait 64 élèves et à peine quelques années plus tard, en 2013-2014, elle n’en accueille plus que 40…

CMF-FMC